Vous souhaitez fermer votre société pour diverses raisons : activité insuffisante, changement de vie professionnelle, mésentente entre associés…

Deux procédures sont possibles : la première s’appelle liquidation amiable et la seconde la liquidation judiciaire.

Nous allons examiner la mise en place de chacune de ces solutions.

La procédure amiable

Cette procédure s’applique si votre société n’a pas de dettes. Vous pouvez donc décider de l’arrêter vous même.

La fermeture de votre société se déroule en deux étapes : la première la dissolution et la seconde la liquidation.

La dissolution

La décision de dissoudre votre société signifie que vous arrêtez votre activité.

A partir de ce moment, vous ne pouvez donc plus émettre de factures de ventes pendant cette période . Vous ne pourrez que payer ou encaisser les créances et les dettes en cours.

La dissolution se matérialise par une Assemblée Générale de dissolution signée par tous les associés.

Il convient de déposer au greffe du tribunal de commerce cette assemblée générale avec un formulaire M2 et une attestation de parution dans un journal d’annonces légales.

Le coût auprès du greffe est de 195.38 euros. Quand au journal cela dépend du nombre de ligne et du journal sélectionné, il faut compter environ 100 euros HT.

Bon à savoir : depuis le premier janvier 2019 l’enregistrement de cette Assemblée Générale au centre des impôts n’est plus obligatoire. Soit une économie de 375 Euros.

La Liquidation

La dissolution de la société est suivie de la liquidation.

Pour cela toutes vos créances et dettes auront dû être payées.

Attention si vous liquidez votre société avant d’avoir encaissé toutes vos créances, votre banquier pourrait fermer votre compte bancaire. Vous seriez alors dans l’impossibilité de percevoir ce qui vous est dû.

Comme pour la liquidation il faut procéder à une parution dans un journal d’annonce légales et réaliser les formalités auprès du greffe du tribunal de commerce. Le coût auprès du greffe est de 14.35 euros.

Il faut également établir le bilan de liquidation qui sera transmis au greffe.

Attention : le bilan de liquidation peut faire apparaître un boni de liquidation (excédent des capitaux propres sur le capital social) qui sera imposé comme des dividendes.

Bon à savoir  : il peut être opportun de procéder préalablement à une distribution de dividendes pour d’éviter les droits d’enregistrement sur le boni de liquidation

Si la société vous doit des sommes apportées en compte courant, celles-ci sont bien entendu récupérables sans imposition.

A savoir : pour les petites entreprises la dissolution et la liquidation peuvent être réalisées le même jour.

La liquidation judiciaire

Cette procédure s’applique lorsque vous êtes dans une situation très difficile qui rend impossible le paiement des dettes de l’entreprise. Vous êtes alors en cessation de paiement.

Elle peut intervenir soit directement à votre demande soit après une tentative de redressement judiciaire.

Une demande d’ouverture de mise en liquidation judiciaire doit être déposée auprès du tribunal de commerce accompagné d’un dossier assez détaillé.

https://www.service-public.fr/professionnels-entreprises/vosdroits/F22330

A partir de ce document et de l’étude votre dossier, un jugement prononçant la liquidation de l’entreprise est prononcé et un liquidateur désigné.

Le rôle de celui-ci est de procéder à la vente de vos actifs, de licencier les salariés, de payer les dettes et d’encaisser les sommes qui vous sont dues.

Le tribunal prononcera ensuite un jugement de clôture de liquidation.

Les créanciers ne pourront plus engager de poursuite à votre encontre sauf pour les cas de fraude fiscale, dissimulation d’actif, sanction personnelle ou pénale.

Attention si vous vous êtes porté caution sur des emprunts ou autre vous serez bien entendu tenu personnellement au versement des sommes dues.

Comment fermer sa société
5 (100%) 1 vote[s]